eucharistie-6a1c5Permettez-moi en cet édito de relever et d’insister sur les oraisons de ce premier dimanche de l’avent. En effet, les textes de la liturgie, nous le savons, sont de la même veine en ce 1er dimanche de l’avent que ceux des derniers dimanche du temps ordinaire avec leur langage apocalyptique et leur visée eschatologie. C’est la vision chrétienne de l’histoire où chaque temps liturgique est là pour nous aider à entrer plus profondément dans le mystère célébré. Nous ne repassons pas par la case départ mais ne cessons d’avancer vers notre destinée, Dieu lui-même.
D’autre part, relire les oraisons nous permet de mieux goûter le mystère de l’avent et celui de l’eucharistie.
L’oraison du début de la messe : « Donne à tes fidèles, Dieu tout-puissant, d’aller avec courage sur les chemins de la justice à la rencontre du Seigneur, pour qu’ils soient appelés, lors du jugement, à entrer en possession du Royaume des cieux. Par Jésus… » En ce 1er dimanche, nous est rappelé d’une manière forte que l’avent est un temps de conversion puisque qu’il nous appartient d’avancer sur les chemins de la justice avec, non seulement la rencontre du Seigneur dès maintenant, mais encore la visée du Royaume des Cieux. Telle est notre destination, sans faire abstraction du jugement de Dieu, réalité si difficile à accueillir.
L’oraison sur les offrandes et celle de fin de messe sont un rappel de l’importance de l’eucharistie et de ce qu’elle nous apporte.
Offrande : « Seigneur, nous ne pourrons jamais t’offrir que les biens venus de toi : accepte ceux que nous t’apportons ; et puisque c’est toi qui nous donnes maintenant de célébrer l’eucharistie, fais qu’elle soit pour nous le gage du Salut éternel. Par Jésus… » En ce début de l’avent, il est nécessaire de prendre conscience que ce que nous offrons et ce que nous sommes ne le sont que par grâce de Dieu. Nous est redit que l’eucharistie est le lieu du gage du Salut et un don de Dieu. C’est le sacrement qui nous ouvre le Ciel.
Fin de messe : « Fais fructifier en nous, Seigneur, l’eucharistie qui nous a rassemblés : C’est par elle que tu formes dès maintenant, à travers la vie de ce monde, l’amour dont nous t’aimerons éternellement. Par Jésus… » Apparaît ici a conviction de foi que l’eucharistie est ce qui développe en nous l’amour dont nous aimerons Dieu au Ciel. Nous ne mesurons que trop peu que le Ciel sera ce que nous aurons fait sur terre. Réentendre ces oraisons nous donne donc de mieux saisir la grandeur de Dieu et notre petitesse. Nous sommes appelés à tout recevoir de Dieu ! Nous sommes dans cette dépendance qui n’est pas soumission autre qu’amoureuse envers Dieu. Etre dépendant de Dieu, c’est l’être d’un Amour qui nous dépasse.
L’avent est ce 1er temps de l’année liturgique donné pour nous ressourcer, nous convertir, revenir sur la force de l’eucharistie. En ce 1er dimanche, nous débutons notre marche, vers le Royaume qui se manifeste déjà par la petitesse d’un enfant à naître ; l’innocence dont nous n’avons rien à craindre et de qui nous recevons tout.
Père Laurent de La Taille, curé