imageVous vous souvenez sans doute de la prédication du p. Bruno Valentin (venu au nom de Mgr Aumonier pour mon installation comme curé parmi vous), dimanche dernier. Commentant l’Évangile (Lc 16,1-13), il a souligné que nous avions tous (et moi d’une manière particulière) à devenir authentiquement « habiles » : à nous de ne pas mégoter et d’ambitionner le Bien véritable et éternel – et, si nous Le désirons vraiment, de mettre en oeuvre toutes nos ressources pour y parvenir, sans plus tarder. Pour cela, à nous de choisir des amis pour la vie, la vie éternelle : les plus pauvres parmi nous. Reconnaissons qu’ils sont le trésor de l’Église, qu’ils détiennent les clés de la vie (la vraie), et demandons-leur de nous introduire : « Heureux, vous les pauvres, car le Royaume des cieux est à vous ! » (Lc 6, 20).
Ce dimanche, l’évangéliste Luc continue de creuser le sillon (Lc 16,19-31). Il dessine l’abîme entre un riche anonyme et le pauvre de Dieu, Lazare. Le riche a visiblement tout pour réussir, mais vit dans l’insouciance de l’abondance. Il lui manque le vrai Bien, qu’il aurait trouvé grâce à l’« habileté » à nouer une relation humaine avec celui qui est à sa porte, si proche et si loin de lui. A la fin, c’est Lazare qui se révèle être un homme authentique accompli, un vrai « fils d’Abraham » ; cependant, il a beau avoir le bras long, il n’est pas en mesure de sortir le malheureux riche de l’enfermement éternel où il s’est fourré …
Le pape François dénonce régulièrement, avec force, la « mondialisation de l’indifférence ». « Dans les pays les plus pauvres, mais aussi dans les périphéries des pays plus riches, tant de personnes ploient sous le poids insupportable de l’abandon et de l’indifférence. Que cette indifférence humaine fait mal à ceux qui sont dans le besoin ! Et pire l’indifférence des chrétiens ! » (le 6 juillet).
Notre évêque a doublé ma mission comme curé de notre groupement paroissial de celle d’aumônier diocésain du Secours Catholique. Je l’accueille comme un appel pressant à devenir (enfin) un véritable ami des plus pauvres – non pas tout seul, mais avec vous

Pierre Bothuan, curé

 Pour télécharger la feuille de l’Écho des Clochers n°47, cliquez ici