« On a l’impression que Thérèse n’est pas morte, mais qu’elle vit avec nous. »

 

« Au début, on est venu sans trop savoir pourquoi, et peu à peu on est entré dedans. » (encadrant de Lyliane)

 

« Est-ce qu’il y a des pèlerinages tous les ans ? »

 

Tout d’abord un grand merci à tous ceux qui dans l’ombre, en amont ont œuvré pour que ce pèlerinage soit si réussi, en tous points.

Encadrement parfait, séquences riches bien organisées (temps de prière, lieux intéressants, conférences avec Barbara et le père Olivier) et des partages…. et des sourires échangés avec nos amis en fauteuil…..  

Pour ma part, la petite Thérèse est « un membre de la famille » depuis plusieurs générations et Lisieux nous a accueillis bon nombre d’étés. Mais l’émotion est toujours aussi grande lorsque j’approche du carmel. Toutes les paroles de Sainte-Thérèse raisonnent plus fort encore, et l’on repart renforcé de l’amour de Jésus. EN

Un grand MERCI pour ce pèlerinage à Lisieux , et qui a été à la hauteur de mes attentes!
Je savais ne pas apprécier les lieux architecturaux et avoir lu  le livre « histoire d’une âme » sans goût ,il y a 20 ans mais  je voulais découvrir la vie des parents Martin , et c’est chose faite ou presque  !
J’ai acheté et commencé à lire  avec beaucoup d’intérêt  »prier 15 jours avec Louis et Zélie Martin  ». J’ai apprécié en particulier la proposition faite de redescendre à la crypte si on voulait (vers 16h40)  pour y  »intégrer » tout ce qu’on avait entendu. Ahhhh ce bonheur des temps libres !!!!!Allez ! Le bon livre m’attend!
N. T.

Oui merci pour ce pèlerinage vécu à Lisieux.

J’ai apprécié la sérénité de la messe célébrée en ce lieu, l’homélie de l’officiant rappelant les valeurs de la famille, une chorale dynamique avec de jeunes musiciens.

Je suis venue à Lisieux chaque 15 août lorsque j’étais enfant; Maman s’appelait Thérèse et elle aimait Sainte Thérèse, ensuite ce fût le rendez-vous au 15 août de toute la famille oncles et tantes et le rassemblement de nous-mêmes les enfants dispersés à cause de nos professions et puis le décès de nos parents à 4 mois d’intervalle; je n’étais pas revenue à Lisieux ….

J’ai apprécié l’ambiance de ce pèlerinage, un timing parfaitement organisé et j’ai même rencontré des personnes de mon village que je ne connaissais pas…

La prière au Carmel du milieu du jour et l’arrivée des Carmélites ( je gardais en mémoire leur tenue); surprise, elles ont changé leur tenue ??? et les voix cristallines de leur chant

Et puis ces magnifiques crèches à l’Espace Jean Paul II qui représentent la Sainte Famille dans le monde, cela veut dire que l’Église est vivante; j’ai posé la question du nombre de crèches représentées, c’est 360.

En un mot sans vouloir davantage prendre de votre temps à me lire, il serait intéressant de renouveler cette expérience de pèlerinage,

Merci à Vous, merci pour tout

J.B.

Pour moi, ce que je retiens de ce pèlerinage, c’est lorsque Thérèse dit qu’elle a compris qu’il ne fallait pas rester sur soi, mais s’ouvrir aux autres. Qu’elle prie pour sauver les âmes qui sont loin de Dieu; et aussi l’amour qui régnait dans cette famille, entre les parents et entre les enfants et entre parents et enfants.

F.C.

Lisieux, je découvrais…Tout m’a interpellée, mais ce qui m’a touchée, c’est la présence de nos amis avec un handicap qui,mieux que nous, valides, ont perçu la douceur aimante de Sainte-Thérèse et de sa famille.

Une pluie de pétales de roses s’est répandue sur notre paroisse,à nous de ne pas les laisser s’envoler.

C.V.

Voici une photo que j’ai prise dans l’église le matin. Elle contient un beau message, suite à l’année de la miséricorde pas encore trop loin et pour le carême bientôt……

Je pense que nous avons vécu une bonne journée, elle portera ses fruits !

B.D.

 

« À Lisieux, j’ai découvert une autre vie : l’amour du prochain. Thérèse a eu beaucoup de difficultés dans sa vie, et au milieu de tout cela elle a été très courageuse. Elle s’est battue pour ce qu’elle désirait, la vie au Carmel pour Dieu. » S.G.

 

 

 

…de si nombreuses fois, j’ai roulé autour de la basilique, sans avoir ni l’idée ni le désir d’y entrer …
Je me  suis laissée conduire à Lisieux, voulant honorer ma mission (c’est mon 2° pèlerinage après Saint Martin..)
Joie de la préparation  de ce pèlerinage sans nul doute: découverte sur internet de la vie de Thérèse, de sa mort qu’elle n’a pas craint, de son offrande pleine et entière à Dieu à la suite de Jésus.
Dans cette crypte rose-bonbon (et bleu-ciel), mais heureusement claire, j’ai eu la joie de participer à cette grande assemblée priante et chantante…
Toujours un œil sur les autres et en recul par rapport aux “bondieuseries”, je n’ai surement pas vécu le même pèlerinage, mais je retiens:
– Notre responsabilité par rapport au salut des autres (ce qui me pose tant de questions dans ma famille)
– La nécessité de prier pour les autres, même si je ne fais qu’effleurer dans la compréhension de ce mystère
– Que l’Amour de Thérèse pour Jésus est un réel modèle de chemin pour nous…
Prier Jésus m’est possible, et par lui atteindre le Père..je m’y emploie… Prier l’Esprit: oui! pour qu’il m’éclaire et me donne force et intuition.
Prier Marie d’intercéder pour nous, m’inspirer de son oui au Seigneur, toute fragile qu’elle se sentait, je le comprends…
Que les Saints soient des modèles , oui. Leur demander de prier pour nous, à la rigueur…
Mais prier  pour moi, c’est surtout se tourner vers le Seigneur pour qu’il nous façonne.. qu’il nous transforme par son Amour
IT

Thérèse, un amour de jeunesse
Je crois que cela s’est fait naturellement. Il est vrai malgré tout qu’après avoir visité le carmel étant enfant, son habit de carmélite et ses beaux cheveux exposés revenaient assez régulièrement dans mes pensées. Associer Thérèse dans mes prières était naturel.
Ce qui me frappe, c’est ce regard d’amour et de sérénité sur son visage, malgré les souffrances qu’elle endure. C’était pas le genre à se plaindre, c’était aussi s’associer à la souffrance de Jésus pour qui elle avait un amour infini; amour infini partagé par Pauline, Céline, Léonie, Marie et bien sûr ses parents Zélie et Louis.
Elle vivait que pour rejoindre au plus vite son Jésus et partageait certainement quelques secrets que nous ignorons.
La part visible de l’iceberg nous suffit déjà à comprendre qu’elle était différente et aimée par Jésus. Thérèse a voulu passer son ciel à faire du bien sur la Terre, ce qu’elle a fait quand nous sommes allés en pèlerinage dimanche dernier à Lisieux.
Dieu a posé sa main sur chacun d’entre nous, mais sur Thérèse il a du la laisser un peu plus longtemps.
Merci Thérèse pour ce don d’ubiquité : être à la fois avec Dieu et si présente sur Terre.
P

 Thérèse a dit :
« Dieu se lassera plus vite de me faire attendre que moi de l’attendre. »
 » Je crois que je n’ai jamais refusé quoi que ce soit à Dieu. Mais j’aurais beau avoir commis les pires péchés, j’irais vers lui en toute confiance. »
Et cela dans une période religieuse imprégnée du devoir de « réparation ».
Et cela sans maître spirituel.
Par elle-même.
PG

Voici ce que j’ai ressenti en voyant la statue de Sainte Thérèse en arrivant au sanctuaire. Ce n’est pas seulement parce que j’ai vu sa statue, nous en avons une à l’église de notre village aussi…. Mais j’ai ressenti vraiment une grande émotion parce que quand je l’ai vue c’était comme si Sainte Thérèse était vraiment là pour nous accueillir, comme si elle nous disait : vous êtes bien arrivés, je vous attendais, je suis heureuse que vous soyez venus tous ensemble jusqu’ici. Voilà, un grand bouleversement en moi qui peut s’expliquer par la force et la présence réelle de Sainte Thérèse pour nous aider ici sur terre à faire le bien et à aimer. Pas une statue, mais sa présence vivante.
AT